benefices_annuels_aeroport_rennes2018small

« Le développement de l’aéroport de Rennes compromis par ses propres actionnaires ?»

Il y a quelques jours, l’ADARB se réjouissait de l’annonce de la future ligne Rennes-Francfort fin mars 2020. En même temps l’ADARB suggérait aux actionnaires (CCI et Vinci) de faire venir une base de 2 ou 3 avions sur le tarmac en invitant une compagnie à « bas-coût » (Comme EasyJet par exemple) à s’installer à Rennes.

Ce serait l’assurance d’enrayer la baisse du trafic observée en 2019 et d’une plus grande ouverture de la Bretagne à l’Europe.
Un exemple nous est donné ce jour par Montpellier qui, en accueillant une base Transavia, ouvre du même coup 20 nouvelles lignes !

Or, c’est possible d’installer une base à Rennes. Notre aéroport est suffisamment rentable pour assurer l’accueil d’une compagnie telles que Transavia ou EasyJet.

La preuve ci-dessous :

Réaffectation des bénéfices annuels

graphique

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci joint, l’ADARB est en mesure de révéler en examinant les comptes 2018 de la SEARD que celle-ci a dégagé un bénéfice disponible de 1,373 M€. Or, au lieu d’être utilisés pour l’investissement, ces fonds ont été entièrement
redistribués aux deux actionnaires.

Pire, la CCI et Vinci pour améliorer encore leurs dividendes se sont servis dans la trésorerie de la SEARD à hauteur de 627 000€ !
Ce sont donc 2M€ utilisés pour la rémunération des actionnaires aux dépens de l’investissement.

budget annuel

C’est pourtant exactement le budget annuel suffisant pour accueillir une base à Rennes !

Ainsi le développement de l’Aéroport de Rennes-Bretagne est-il compromis par ses propres actionnaires. Ceci constitue une entrave à l’arrivée d’un véritable aéroport régional européen à Rennes et dont la Bretagne a un besoin urgent.

Il est donc normal que l’ADARB et ses adhérents s’en insurgent. D’autant que cela représente un enrichissement privé au moyen d’un bien public.

Mais, ce n’est pas tout. Car au décours de nos recherches, l’ADARB a découvert que cette pratique est un exercice habituel de Vinci. Les enquêteurs de MédiaCités ont révélé un vrai scandale dans les divers aéroports français où Vinci exerce ses talents notamment à Lyon, Grenoble et à Clermont-Ferrand, où cette fois ci, la trésorerie a été entièrement liquidée pour ne laisser quelques fois qu’une somme dérisoire (200 €) en fond de caisse. *

C’est ainsi – et par d’autres moyens – qu’à Rennes comme ailleurs Vinci, et ses associés, éreintent les ressources nécessaires au développement des aéroports qui leur sont confiés par la puissance publique.
Dans l’indifférence générale, puisque l’ADARB en est le premier révélateur pour l’aéroport de Rennes en 2019.

C’est donc tout à fait logiquement que l’ADARB revient sur ces dernières suggestions à la Région Bretagne, propriétaire de l’aéroport de Rennes-Bretagne :

- Dénoncer ou réformer un Contrat de Délégation de Service Public obsolète (Il date de 2010, avant l’abandon de NDDL, et est inadapté aux besoins actuels)
- Faire concourir de nouveaux exploitants plus ambitieux pour la Métropole bretonne et capables de réinvestir une part de leurs profits dans le développement du trafic passagers.
- Faire rentrer d’autres partenaires dans le CA de la SEARD telle que la Métropole de Rennes par exemple.

Hervé CAVALAN
Président de l’ADARB

sources

www.société.com
MédiaCités :
https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2019/10/22/aeroports-dauvergne-rhone-alpes-vinci-senrichit-sur-le-dos-du-contribuable/

* Extrait de l’enquête de MédiaCités : De Grenoble à Clermont-Ferrand, en passant par Chambéry et Lyon, l’exploitant (Vinci) procède de la même manière pour les quatre aéroports de la région qu’il exploite : depuis 2016, année de sa prise de contrôle de Lyon-Saint-Exupéry, Vinci récupère des dividendes deux à trois fois supérieurs au montant des bénéfices réalisés, en piochant dans les trésoreries.

Annonce de la ligne Rennes-Francfort

communiqué du 31.10.2019

Mesdames, Messieurs,

Suite à l’annonce d’une nouvelle ligne Rennes-Francfort et à l’article paru dans Ouest-France aujourd’hui,

L’ADARB, dont le rôle est d’encourager et de solliciter les exploitants pour toutes actions qui participent au développement de l’aéroport de Rennes, se réjouit de l’ouverture en 2020 de cette nouvelle ligne. Les actionnaires de la Société d’Exploitation de l’Aéroport de Rennes et l'ensemble de son personnel ont ainsi répondu aux besoins de nombreux partenaires tels le Centre d'Affaires Franco-Allemand, plusieurs chefs d’entreprise et agences de tourisme de Haute-Bretagne.

La création de cette nouvelle ligne à destination de l’un des Hubs les plus importants d’Europe, Francfort, va renforcer l’attractivité et l’économie de la capitale bretonne et participer au désenclavement de la Région Bretagne.

C’est donc un succès dont l’ADARB se félicite puisque nous souhaitons rapidement un aéroport européen à Rennes.

Mais succès qui, depuis l’abandon de NDDL, reste trop rare pour l’instant surtout face au potentiel de l’aéroport de Rennes-Bretagne.

C’est pourquoi l’ADARB suggère aux actionnaires une accélération des investissements pour l’accueil d’une compagnie aérienne basée avec deux ou trois avions sur le tarmac de Rennes. Avec une compagnie à bas-coût, par exemple comme EasyJet, ce serait immédiatement trois ou quatre nouvelles lignes européennes, des dizaines d’emplois sur place et des retombées économiques profitant à Rennes comme à la Bretagne

Or la CCI et Vinci, actionnaires de la SEARD, gèrent un aéroport rentable qui possède la capacité d’autofinancer son développement et d'accueillir dès aujourd'hui la base d'une compagnie aérienne.

L’ADARB souhaite donc que cette capacité d’investissement, soit mise au service du développement de l’aéroport de Rennes-Bretagne et d'une métropole régionale à ambition européenne.

Avec nos salutations cordiales,

Hervé CAVALAN
Président ADARB

avion de la Lufthansa
tarifs_vols

Réaction après article Ouest France

"Un trou d'air pour l'aéroport"

Suite à l'article  paru dans le Ouest-France ce jour intitulé "Un trou d'air pour l'aéroport", l'ADARB souhaite réagir :
La baisse du trafic aérien à Rennes (-8% en septembre) est un phénomène isolé dans le grand Ouest : Caen + 22%, Nantes +20,5%, Brest +18% au mois d'août 2019. Le trafic national est à plus de 5%.
Le "fligskam" et le Brexit ne sont donc pas pour grand chose pour expliquer ce "trou d'air" et on reste pantois devant de telles excuses !
Cette baisse est liée à de nombreux facteurs déjà publiés par l'ADARB auprès des médias, dont le journal OF parfaitement au courant de nos communiqués :
        - Communiqué du 22/03/19 "Evolution de l'offre des aéroports dans l'Ouest"
        - Communiqué du 05/06/19 "Accessibilité de l'Aéroport de Rennes"
        - Communiqué du 15/06/19 "Euthanasie économique"
        - Communiqué du 09/07/19 "Où vont les bénéfices de l'Aéroport de Rennes ?"
        - Communiqué du 16/09/19 "Un chantier d'avenir pour la Métropole de Rennes"
        - Communiqué du 17/10/19 "Interview France 3 sur la "60% d'Air France à Rennes"
        - Communiqué du 01/10/19 "On fait des parking, on supprime des lignes"
        - Communiqué du 03/10/19 "Aéroport inadapté aux affaires"
        - Diagramme de ce jour sur la comparaison des prix des billets entre les aéroports régionaux*
L'ADARB ne peut réduire la mauvaise situation du trafic aérien à Rennes à un simple "trou d'air" mais plutôt à un ensemble de facteurs qui témoignent du désintérêt de la Région Bretagne et des exploitants pour :
- le développement économique de la métropole rennaise ,
- le désenclavement européen de la Bretagne à travers un aéroport performant dans la capitale de Bretagne,
- la vigilance à l'égard des actionnaires de la SEARD, désintéressés par le développement de l'aéroport de Rennes-Bretagne,
.... Ce qui devrait prochainement faire l'objet de remarques de la part de la Cours Régionale des Comptes.
L'ADARB demande :
Un nouveau CDSP avec un renouvellement et un élargissement des actionnaires (à la Métropole  notamment) au sein de la SEARD, capables d'investir,
Des objectifs plus ambitieux et une mise à niveau de l'aéroport en fonction de son potentiel réellement sous exploité
Une harmonisation des vols entre Nantes et Rennes
La création rapide de nouvelles lignes au départ de Rennes
La création d'une base EasyJet ou d'une autre compagnie à Bas Cout.
Ci-dessous, une illustration supplémentaire du "décalage" entre Rennes et ses concurrents régionaux :
*« Des billets trop chers au départ de l'aéroport de Rennes ! »

 

L’ADARB demande aux élus de la Région Bretagne et aux actionnaires de la Société d’Exploitation de l’aéroport un alignement des prix des billets d’avion au même niveau que ses concurrents régionaux.
Pour l'essor de la capitale bretonne, nous souhaitons un aéroport digne d'une métropole européenne à Rennes.
Hervé CAVALAN

Président ADARB
tarifs_vols
aeroport-interieur

on fait des parkings mais on supprime les avions

A l’aéroport de Rennes, on fait des parkings mais on supprime les avions !

-----------------------------------------------------------------------------------
Résumé : L’ADARB sollicite la Région Bretagne, propriétaire de l’aéroport de Rennes, pour dénoncer avant son échéance (prévue le 31/12/2024) le Contrat de Délégation de Service Public et pour mettre en compétition, comme elle a su le faire à Saint-Malo pour son port, des exploitants capables de donner à la capitale bretonne un aéroport régional européen, à court terme.
La stratégie commerciale sans envergure des actionnaires actuels de l’aéroport de Rennes et le manque évident de liaisons vers les grandes villes européennes, commencent à entraîner des réactions virulentes de certains Chefs d’entreprise bretons.

Il est temps d’en faire un aéroport régional européen.
-----------------------------------------------------------------------------------
Comme l’a montré l’ADARB dans ses précédents communiqués à la presse et auprès des responsables politiques, l'exploitation commerciale de l’aéroport de Rennes-Bretagne est manifestement trop timide, notamment par rapport aux principaux aéroports de grand Ouest. La baisse drastique du trafic aérien rennais depuis le mois d’avril en est la preuve, encore confirmée par la baisse du trafic en août : -9,2% et seulement +3,2% en cumul fixe.

Les causes en sont désormais bien identifiées :

Les actionnaires n’ont pas su (ou voulu) anticiper la désaffection de Hop et Air-France pourtant prévisible depuis plusieurs années. Ils ont maintenu une fragilité structurelle en conservant la quasi exclusivité d’un seul fournisseur : 65% des vols au départ de Rennes est le fait de la même compagnie (Hop-Air-France)

Les actionnaires n’ont pas su (ou voulu) diversifier et augmenter suffisamment le nombre des fournisseurs de nouvelles lignes, comme les compagnies à bas coût par exemple.
Excepté l'investissement pour l’agrandissement des très rentables parkings*, les actionnaires de la Société d'Exploitation ont rapatrié le principal des bénéfices à leur profit immédiat aux dépends d’investissements conséquents pour l'avenir de la capitale bretonne et le désenclavement de la Bretagne.

Cette gestion, qui met en cause l’insuffisance et le manque de vue des actionnaires, ne correspond pas à ce que doit être – et devrait être déjà - l’aéroport d’une métropole à vocation européenne : un aéroport régional européen. A ce jour, le trafic devrait être supérieur au million et demi de passagers par an et permettre à ceux-ci d’atteindre les grandes villes économiques européennes et méditerranéennes.

L’impatience de l’ADARB est tout à fait légitime. On peut craindre fortement que le manque d’intérêt des décideurs de la SEARD et du Conseil régional de Bretagne pour le développement de l’aéroport de Rennes-Bretagne devienne un handicap durable pour l’attractivité de la Bretagne. D’ailleurs certains chefs d’entreprise brétiliens commencent à leur en faire reproche, sévèrement. (Cf Ouest-France du 01/10/19).

En conséquence, l’ADARB :

- Sollicite la Région Bretagne, propriétaire de l’aéroport, pour dénoncer avant son échéance (prévue le 31/12/2024) le Contrat de Délégation de Service Public et de mettre en compétition, comme elle a su le faire à Saint-Malo pour son port, des sociétés plus ouvertes au développement des installations publiques qui leurs sont confiées.

- Suggère aux futurs gestionnaires de diminuer les taxes d’atterrissage au même niveau que les aéroports voisins (Nantes, Caen, Brest). Pour exemple la taxe d’atterrissage à Rennes est deux fois plus chère qu’à Nantes.
- Demande aux actionnaires retenus par la Région de multiplier à Rennes le nombre de compagnies aériennes à "Bas Coût".

*Principale source de revenus pour l’aéroport.

-----------------------------------------------------------------------------------

En vous remerciant de votre intérêt pour l'essor de Rennes-Bretagne, veuillez, agréer, Mesdames, Messieurs, nos salutations cordiales,

Hervé CAVALAN
Président ADARB

HerveCarlavan-France3Bretagne

France 3 Bretagne – 17.09.2019

France 3 Bretagne - 17.09.2019

Notre dernier communiqué, et l'interview de l'ADARB sur France 3 Bretagne hier soir, ont fait le Buzz dans le Landerneau des actionnaires de l'aéroport de Rennes. En réaction, c'est désormais le Black out complet de l'aéroport auprès des médias.
L'Interview en fait a duré plus de 10 minutes mais seules 10 secondes en ont été retenues. Mais elles mettent l'accent sur le manque d'investissements et de diversification des compagnies desservant l'aéroport. C'est exactement la raison pour laquelle l'aéroport connaît aujourd'hui une décroissance désastreuse. De plus  le journaliste a bien fait la démonstration qu'au contraire de ses concurrents (Brest, Caen et Nantes dont les trafic évoluent fortement au mois d'Août) seule Rennes connaît une involution au mois d'août, et en cumul fixe une évolution ridicule. Ce qui contrarie les habituelles communications de l'aéroport de Rennes sur sa croissance explosive.
 
Ce que l'ADARB souhaite c'est la volonté des actionnaires pour attirer de nouvelles compagnies à Bas Coût pour de nouvelles destinations en investissant une meilleur part de leurs bénéfices...
Hervé CAVALAN
Président ADARB

19/20 France3 - 18/09/2019

Airport Rennes - 2 July 2014, 11:13:50 - Own work - Strot

Rennes – Aéroport de Rennes. Le trafic baisse de 6,8 % au mois de juillet

Ma conversation téléphonique avec Romain Roux a eue lieu à 14:21. 

Ma conversation téléphonique avec Romain Roux a eue lieu à 14:21.
Il voulait vérifier auprès de moi qu'il y avait eu baisse du trafic à Rennes.
J'ai envoyé notre communication à 14:23.
L'article du télégramme est paru sur le réseau à 15:33 et modifié à 16:05.
Moins d'une heure après notre communication, le Télégramme publiait !!!!!
De temps en temps, c'est la course à l'échalote.... Mais le scoop c'est nous !
Salut à toutes et tous
Hervé CAVALAN
ADARB
graphique-16Sept2019

Un chantier d’avenir pour la métropole rennaise

Un chantier d’avenir pour la métropole rennaise

Si l’on compare les trafic passagers dans les principaux aéroports de l’Ouest pour les
mois de mai, de juin, juillet et tout particulièrement d’août 2019, nous sommes
attristés de constater que l’aéroport de Rennes, au contraire de ses concurrents, est
le seul du Grand Ouest a connaître une telle régression. Moins 6,8% pour Rennes !
Dans le même temps à Brest et Nantes le trafic connaît une progression à deux
chiffres en juillet et dépasse les 20 % en Août à Nantes ! C’est un bilan
catastrophique pour les responsables de la capitale bretonne.
A cela, il y a plusieurs explications :
1 - Depuis plusieurs années les actionnaires de la SEARD, la société d’exploitation,
travaillent essentiellement avec Hop et Air France. A titre d’information en 2018, plus
de 65 % des passagers à Rennes étaient transportés via Hop ou Air France ! Une
quasi exclusivité laissé à un opérateur qui de temps en temps allait même jusqu’à
offrir de nouvelles lignes à des prix concurrentiels. Alors pourquoi s’en faire?
2 – Les actionnaires s’en sont satisfaits. Cela assurait l’existence d’un petit aéroport
sans ambition mais profitable. Pas besoin d’investir ou si peu.
3 – Dans le même temps : A Nantes comme à Brest et dans les principales
métropoles françaises les gestionnaires ont attiré les compagnies à bas coût. Ainsi il
y a plus de 23 compagnies à desservir l’aéroport de Nantes, 9 à Brest et seulement 7
compagnies régulières à Rennes.
4 – À mettre tous ses oeufs dans le même panier … voici ce qui arrive :
Document ADARB réalisé le 16 septembre 2019 2
En 2019 Air France/Hop a diminué sa voilure sur tous ses court-courriers par
manque de pilotes et d’avions adaptés. Plusieurs lignes et rotations ont été
supprimées en 2019 et si bien qu’Air France à Rennes a perdu 10 % de ses
passagers entraînant une involution du trafic total à Rennes. (Voir le tableau joint)
Il y a là la marque d’un manque total d’anticipation de la part de tous les
responsables qui n’ont pas su imaginer l’abandon de NDDL ni vu l’impérieuse
nécessité d’un aéroport européen à Rennes.
Seul comptait un profit immédiat pour les uns et la LGV pour les autres.
Or la donne a changé.
Si les responsables rennais ont réellement la volonté de faire de Rennes une
métropole européenne, il faut investir rapidement dans la création de nouvelles
lignes aériennes en lien avec les grands centres économiques et touristiques
européens et du pourtour méditerranéen.
Il est temps pour les délégataires comme pour les gestionnaires de passer à une
autre dimension, à une autre vue. L’effet LGV sur l’économie rennaise va vite
atteindre ses limites car on ne pourra pas multiplier les voies de chemin de fer autour
de Rennes ni raccourcir les distances avec les grandes villes européennes.
C’est pourquoi l’ADARB suggère :
1 - La création de nouvelles lignes au départ de Rennes grâce à de nouvelles
compagnies à « Bas Coût ». Certes cela se fait aux dépends de la rente mais ça
s’appelle de l’investissement.
2 - Travailler à une harmonisation du trafic aérien entre Rennes et Nantes. (C’est
d’ailleurs ce que commencent à demander certains nantais).
3 – Faire appel à des actionnaires plus ambitieux, capables d’investir et croire au
potentiel de la métropole rennaise.
4 - Une certaine fermeté de la part des responsables régionaux pour remettre en
cause le CDSP actuel.
Ici comme ailleurs, croire que les avions tombent du ciel est une politique non
seulement dangereuse, mais assurément … sans avenir.
Un véritable aéroport régional européen à Rennes, c’est investir pour l’avenir
économique de la métropole bretonne et le désenclavement de la Bretagne. Voilà le
chantier et le défi à relever par nos responsables tant politiques qu’économiques.

 

Hervé CAVALAN
Président de l’ADARB

graphique-16Sept2019
Répartition des bénéfices

Où vont les bénéfices de l’aéroport de Rennes ?

Répartition des bénéfices

Où vont les bénéfices de l'aéroport de Rennes ?

"Depuis sa création l’ADARB s’interroge sur le manque d’investissement des responsables pour le développement de l’aéroport de Rennes-Bretagne.

L’ADARB peut en révéler aujourd’hui une des explications :

En réalité, à part un parking de 200 places (toujours pas finalisé), peu de choses ont été faites pour saisir l’opportunité qu’offrait l’abandon de NDDL et investir les copieux bénéfices dégagés par l’aéroport de Rennes. La croissance du trafic passager, claironnée fièrement à grands renforts de publicité dans les médias en 2015, 2017 et 2018 a juste fait illusion car désormais, en 2019, celui-ci décroît.  Cette année à Rennes, rien n’a été fait pour offrir de nouvelles lignes aériennes européennes au public de la capitale bretonne.

Contrairement aux aéroports de Nantes, Brest ou Caen, qui réinvestissent leurs gains dans leur développement, ici à Rennes les deux actionnaires de la SEARD (CCI et Vinci), se répartissent la plus grosse partie des profits rennais sous forme de dividendes.

Voyez le document ci-joint.

De plus on peut rappeler ici - ce qu’a dénoncé la Cour Régionale des Comptes - que la CCI et Vinci prêtent de l’argent à leur propre société (la SEARD) à des taux quasiment usuraires assurant ainsi une autre source de revenus sur le dos de l’aéroport et aux dépends de sa capacité d’investissement.

Ainsi, l’aéroport de Rennes-Bretagne, loin d’être une opportunité au service de l’intérêt régional et de la Métropole est devenu une sorte de « vache à lait » pour les deux actionnaires de la plateforme rennaise. Il s’agit là d’une véritable privatisation de gains aux dépends d’une infrastructure publique.

Ici - à Rennes et sans doute ailleurs -  dans le cadre d’une délégation de service public, Vinci s’abreuve des bénéfices dégagés pour son principal avantage….

Curieusement le propriétaire et délégataire de la plateforme rennaise, la Région Bretagne, ne dit rien à ce sujet. L’ADARB se réserve le moment opportun pour en révéler les motivations.

L’ADARB demande à la Région Bretagne de rompre le Contrat de Délégation de Service Public (CDSP) et d’élire de nouveaux actionnaires prêts à réinvestir les bénéfices dans les infrastructures dont le délégataire lui a laissé la gestion. A titre d’exemple, citons Brest où EGIS, l’actionnaire associé, réinvesti l’ensemble de ses gains pour étoffer son offre au meilleur profit de la population de l’Ouest armoricain.

L'ADARB souhaite à Rennes un véritable aéroport régional européen.

Veuillez agréer nos salutations distinguées,

Hervé CAVALAN

Président ADARB

Airport Rennes - 2 July 2014, 11:13:50 - Own work - Strot

Trafic mai à Rennes

Airport Rennes - 2 July 2014, 11:13:50 - Own work - Strot
Bonjour à toutes et tous,
L'obstination de Monsieur Gérard Lahellec - Vice-Président de la Région Bretagne pour les aéroports - pour ruiner l'essor de l'aéroport de Rennes est un vrai succès ! Il a réussi à ce que cet aéroport soit le seul en France à voir son trafic diminuer !
Voici les résultats de mai 2019 :
77224 passagers soit - 2,1 % par rapport à mai 2018.
Avril avait déjà amorcé un ralentissement net. Mais c'est maintenant une involution qui s'installe.
C'est le résultat de la diminution des rotations sur certaines lignes (pour les affecter à Brest par exemple), du manque d'offre de nouvelles lignes, de l'absence d'investissements notables sur la plateforme rennaise et de la non remise en cause du CDSP. Il y a manifestement une volonté de nos décideurs à réduire la voilure à Rennes.
Mais l'ADARB continuera son travail sans relâche pour faire réagir d'autres prétendants aux postes de décideurs politiques.
Cordialement à toutes et tous,
Hervé CAVALAN

Président ADARB