Communication 05.10.2018

A Monsieur Loïg Chesnais-Girard,
Président de la Région Bretagne

A Monsieur Gérard Lahellec,
Vice-Président de la Région Bretagne, chargé des transports,

Monsieur le Président,
Monsieur le Vice-Président,

Vu avez sans doute lu dans la presse locale s’exprimer dernièrement l’impatience de l’ADARB face à l’absence d’un plan ambitieux pour le développement de l’Aéroport de Rennes-Bretagne.

En effet, nous comprenons mal qu’après l’abandon de NDDL, la Région comme la Métropole de Rennes n’aient pas saisi l’opportunité qui s’offrait à elles de faire décoller ses deux grands aéroports régionaux, spécialement celui de Rennes.

Le succès de la LGV en Bretagne est réel mais il est indispensable de l’associer à l’essor extraordinaire du transport aérien européen. Ceci pour permettre aux agents économiques, aux entreprises, aux congressistes, aux touristes, aux jeunes de se déplacer partout en Europe sans nécessairement laisser à Nantes l’exclusivité des relations internationales et les milliers d’emplois qui en découle.

A Rennes, le retard du développement de son aéroport est tel qu’avant tout la priorité aujourd’hui est d’augmenter sensiblement l’offre commerciale, surtout celle des compagnies à bas coût. Pour cela la Région Bretagne se doit, entre autres, de revoir la DSP à la hausse, de favoriser la réduction des taxes aéroportuaires et d’aménager le tarmac pour accueillir des avions basés. Pour le reste, comme à Nantes, l’intendance et les parkings suivront.

La région Bretagne se doit de fixer un objectif d’au moins 1,5 millions de passagers à Rennes d’ici 2021 et 2 millions en 2023. C’est possible. Elle peut faire preuve de volontarisme et investir maintenant – comme elle le fait pour ses ports – pour que la région Rennaise et la Bretagne deviennent des acteurs internationaux pour le tourisme, la recherche et les affaires.

En matière d’infrastructure régionale et de grands projets, c’est là que réside maintenant une des plus grandes ressources de richesses pour la Bretagne.

L’ADARB se tient à votre disposition pour vous exposer le fruit de ses études et ses propositions.

Hervé CAVALAN,
Président de l’ADARB

 

Communiqué ADARB – 02 10 2018

Mesdames, Messieurs,

« Aéroport de Rennes : arrêtons l’hypocrisie collective »

Suite aux articles parus dans la presse régionale concernant l’obtention de terrains appartenant à l’Etat et destinés à agrandir les parking de l’Aéroport de Rennes-Bretagne, l’Association pour le Développement de l’Aéroport de Rennes-Bretagne (ADARB) tient à réagir et à dénoncer le manque d’envergure de nos décideurs.

Vous trouverez donc ci dessous en fichier joint notre communiqué.

L’ADARB se tient à votre disposition pour toute rencontre.

Avec nos salutations distinguées,
Hervé CAVALAN
Président ADARB

Lire le Communiqué ADARB – 02 10 2018

Tribune après les dernières déclaration d’E. Macron en Bretagne

22 juin 2018

Emmanuel Macron vient de confirmer lors de son passage en Bretagne l’engagement pour que l’Armée et l’Etat acceptent de dégager enfin les terrains qui permettront d’agrandir l’aérogare et l’aéroport de Rennes-Bretagne. Ceci était attendu impatiemment depuis l’annonce de l’abandon de NDDL faite par Edouard Philippe en janvier dernier.

Ces 12 hectares de terrains libérés vont permettre de maintenir, au moins pour plusieurs années, les installations actuelles au sud de la piste de Rennes-Saint Jacques, d’agrandir les zones de stationnement actuellement complètement saturées, de donner à l’aérogare la possibilité d’accueillir jusqu’à 2 millions de passagers et, avec l’allongement de la piste, d’offrir aux bretons de la métropole rennaise de nouvelles destinations vers les grandes villes européennes et le pourtour méditerranéen. Il reste désormais à la région Bretagne, propriétaire de l’aéroport de Rennes-Bretagne, au Président de la Métropole Rennaise et à Mme la Maire de Rennes à manifester une véritable ambition pour que la capitale de Bretagne, puisse enfin accéder au rang de métropole européenne et favoriser l’arrivée de nouvelles lignes aériennes à « bas coût ». Il en est temps; le retard pris depuis plus de 20 ans a déjà lourdement entravé les possibilités économiques, touristiques et donc sociales de la capitale bretonne.

La région Bretagne, la métropole et la ville de Rennes doivent rapidement – ils en ont désormais la capacité – manifester par leurs actes leur volonté de relier Rennes et la Bretagne à toute l’Europe, au pourtour méditerranéen et de faire ainsi rejaillir sur l’économie comme sur l’emploi les bénéfices d’un désenclavement international de la Bretagne.

Hervé CAVALAN
Président ADARB

Quelques nouvelles de l’aéroport

Bonjour à toutes et tous,

Quelques nouvelles de l’aéroport : une nouvelle ligne vers Bruxelles à partir de septembre prochain (Voir article OF du 12-06-18  ).
D’autres lignes (EasyJet) devraient être annoncées prochainement.

78764 passagers en Mai c’est une progression de +23,6% par rapport à Mai l’année dernière mais seulement de +13,9% en cumul depuis janvier. Février n’a pas été bon (-0,4%). Au rythme de plus de 13% nous dépasserons facilement les 820 000 passagers en 2018 et pas loin du million en 2020. Si l’offre est encore augmentée, cela devrait pouvoir se faire.
Le problème des parkings devient crucial.

Hervé CAVALAN
Président ADARB

Ouest-France 09-06-2018

Bonjour à tous,

Une partie du courrier que l’ADARB à fait récemment parvenir aux décideurs a été repris dans le journal d’aujourd’hui. Tiens, Ouest-France se fait le relais de l’ADARB ? Bon, profitons-en (Même si c’est encore un peu interprété).

Un autre article sur Nantes. Là, comme ailleurs on envisage ou on construit des halls d’accueil spécifiques aux passagers ‘low cost » moins luxueux, plus pratiques et moins couteux. L’ADARB qui se prononce pour un déménagement de l’aérogare sur le côté nord de la piste pourrait proposer de ne déménager que les vols et passagers « low-cost » sur le côté nord dans des installations moins couteuses. Qu’en pensez-vous ?
Bon WE,

Hervé CAVALAN
Président ADARB

 

0uest France du 090618 (PDF)

07.06.2018 : Commission Mobilité et attractivité

07.06.2018
L’ADARB était cet après-midi au Couvent des Jacobins pour participer à la Commission Mobilité et attractivité organisée par la Métropole de Rennes. Monsieur Kerroc’h de Destination Rennes animait le débat. Plusieurs représentants de « startupers » étaient là. Une analyse intéressante a été faite sur les conditions à réunir pour attirer les cadres sur la Métropole de Rennes. L’aéroport semble être considéré désormais comme un des éléments essentiels de l’attractivité rennaise. La concurrence entre les villes de Bordeaux, Nantes et Rennes est mise en évidence ainsi que la nécessité de travailler sur l’image de la ville de Rennes, très insuffisante par rapport à ses concurrentes.

Ces ateliers vont se poursuivre pour rentrer dans le travail concret et à la recherche de solution..
Hervé CAVALAN

07.06.2018 : Prolongation de la piste Aéroport de Rennes-Bretagne

07.06.2018
Prolongation de la piste Aéroport de Rennes-Bretagne

Bonjour,

Comme vous en avez eu précédemment communication l’ADARB se prononce, comme la Région, la Métropole et les gestionnaires pour une prolongation de la piste sans dépasser les limites de l’emprise actuelle de l’Aéroport de Rennes-Bretagne. Nous recommandons de porter ce rallongement à 2500 m. Pour les raisons que nous avons déjà évoquées dans notre cahier de proposition :

« Allongement de la piste d’au moins 400 mètres. Pourquoi ? ( Voir Carte AUDIAR)
a. Meilleure sécurité : Les distances de freinages sont augmentées par temps de pluie or il pleut quelques fois à Rennes-Bretagne,
b. Meilleur remplissage des avions par temps chaud (avions plus lourds, air moins portant, distance de décollage augmentée)
c. Permet l’accueil de plus gros avions et plus le rapport passagers/avions augmente, moins vite le nombre de mouvements augmente et diminution des nuisances sonores,
d. Aéroport de dégagement pour Nantes, il faut au moins 2500m pour accueillir les plus gros porteurs en provenance de Nantes,
e. Longueur minimum requise pour être agréé comme aéroport de dégagement de l’OTAN 2500m
f. Pour attirer à Rennes des compagnies « à bas coût », il est nécessaire de porter la longueur de piste à la longueur standard de 2500m.
g. Pour accueillir les futurs avions qui vont changer beaucoup :
i. Bruit en diminution importante
ii. Emport de passagers plus important
iii. Rayon d’action augmenté
iv. Distances de décollage et d’atterrissage diminuées pour les futurs avions longs courriers et donc rendus possibles sur des pistes longues d’au moins 2500 m,
v. Par exemple l’A321 Neo LR (long rayon d’action) nécessitera plus que 2400m pour la sécurité du décollage à pleine charge, par temps chaud.

Bien entendu l’ADARB se tient à votre disposition pour vous faire part de son travail. Lequel porte sur bien d’autres aspects favorables au développement de l’aéroport de Rennes-Bretagne : accessibilité, déménagement au Nord de la piste, espace Fret, signalétique, coordination des moyens de transport, équipement, études des coûts, taxations, etc,…

Nous vous remercions de votre attention.

Hervé CAVALAN

Rencontre avec le Président de la CCI de Rennes-Saint-Malo

05.06.208

Bonjour,

Quelques mots sur la dernière rencontre avec le Président de la CCI de Rennes-Saint-Malo :

Excellent accueil, détendu et riche. Le devenir de l’aéroport les passionne. Les premières réactions vont aux propos de G. Lahellec qui semble vouloir prendre en main les rênes de l’aéroport de la métropole, sans avoir suffisamment concerté (dixit) les gestionnaires actuels. C’est leur interrogation : quel est le propre avenir des gestionnaires actuels, d’autant que le CDSP sera re négocié avant son terme (2024) ?. De plus ils craignent une réaction violente de E. Couet en retour de l’allongement de la piste de 300m annoncée dans OF. Effectivement on tombe dans les gravières ( attention zadistes) et il faudrait faire un tunnel pour la route sous la piste : délirant. Il faut revenir à 2*200 m à chaque extrémité de la piste.
La négociation avec l’Etat et l’Armée est toujours en cours pour le rachat des terrains militaires en vue d’agrandir les parkings et d’accueillir une hostellerie pour les passagers en transit. Néanmoins c’est en bonne voie.

Si j’ai encore plaidé pour le déménagement de l’aérogare au Nord, ils n’y sont pas favorables pour des questions de coût. Je pense que nous devons toujours insister là dessus car au-delà de 2 millions de passagers, il faudra le faire. L’ILS IV et l’allongement des taxiways sont prévus. Le bus 6 est prévu pour l’année prochaine devant l’aérogare. Une navette entre l’aérogare et le métro Saint Jacques-La Gaité est envisagée par la métropole mais cela entraîne une rupture de charge; cette idée fait donc l’objet d’une critique justifiée et d’un enjeu politique. J’ai ré insisté sur des navettes à financement privé entre l’aéroport et la gare SNCF. L’idée est écoutée attentivement.
L’augmentation de l’offre est bien désormais dans leurs têtes. Genève sera bientôt annoncée (Hop ?) en programme d’hiver et d’autres lignes domestiques par EasyJet notamment (Montpellier, Nice). Nous devrions arriver au million de pax en 2020. Des travaux s’imposent pour les parking, l’agrandissement de l’aérogare (la vieille tour de contrôle sera détruite pour gagner de la place).

Voilà quelques éléments rapidement. Je vous tiens au courant sur de plus amples informations.

A bientôt,

Amicalement

Hervé CAVALAN