benefices_annuels_aeroport_rennes2018small

« Le développement de l’aéroport de Rennes compromis par ses propres actionnaires ?»

Il y a quelques jours, l’ADARB se réjouissait de l’annonce de la future ligne Rennes-Francfort fin mars 2020. En même temps l’ADARB suggérait aux actionnaires (CCI et Vinci) de faire venir une base de 2 ou 3 avions sur le tarmac en invitant une compagnie à « bas-coût » (Comme EasyJet par exemple) à s’installer à Rennes.

Ce serait l’assurance d’enrayer la baisse du trafic observée en 2019 et d’une plus grande ouverture de la Bretagne à l’Europe.
Un exemple nous est donné ce jour par Montpellier qui, en accueillant une base Transavia, ouvre du même coup 20 nouvelles lignes !

Or, c’est possible d’installer une base à Rennes. Notre aéroport est suffisamment rentable pour assurer l’accueil d’une compagnie telles que Transavia ou EasyJet.

La preuve ci-dessous :

Réaffectation des bénéfices annuels

graphique

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci joint, l’ADARB est en mesure de révéler en examinant les comptes 2018 de la SEARD que celle-ci a dégagé un bénéfice disponible de 1,373 M€. Or, au lieu d’être utilisés pour l’investissement, ces fonds ont été entièrement
redistribués aux deux actionnaires.

Pire, la CCI et Vinci pour améliorer encore leurs dividendes se sont servis dans la trésorerie de la SEARD à hauteur de 627 000€ !
Ce sont donc 2M€ utilisés pour la rémunération des actionnaires aux dépens de l’investissement.

budget annuel

C’est pourtant exactement le budget annuel suffisant pour accueillir une base à Rennes !

Ainsi le développement de l’Aéroport de Rennes-Bretagne est-il compromis par ses propres actionnaires. Ceci constitue une entrave à l’arrivée d’un véritable aéroport régional européen à Rennes et dont la Bretagne a un besoin urgent.

Il est donc normal que l’ADARB et ses adhérents s’en insurgent. D’autant que cela représente un enrichissement privé au moyen d’un bien public.

Mais, ce n’est pas tout. Car au décours de nos recherches, l’ADARB a découvert que cette pratique est un exercice habituel de Vinci. Les enquêteurs de MédiaCités ont révélé un vrai scandale dans les divers aéroports français où Vinci exerce ses talents notamment à Lyon, Grenoble et à Clermont-Ferrand, où cette fois ci, la trésorerie a été entièrement liquidée pour ne laisser quelques fois qu’une somme dérisoire (200 €) en fond de caisse. *

C’est ainsi – et par d’autres moyens – qu’à Rennes comme ailleurs Vinci, et ses associés, éreintent les ressources nécessaires au développement des aéroports qui leur sont confiés par la puissance publique.
Dans l’indifférence générale, puisque l’ADARB en est le premier révélateur pour l’aéroport de Rennes en 2019.

C’est donc tout à fait logiquement que l’ADARB revient sur ces dernières suggestions à la Région Bretagne, propriétaire de l’aéroport de Rennes-Bretagne :

- Dénoncer ou réformer un Contrat de Délégation de Service Public obsolète (Il date de 2010, avant l’abandon de NDDL, et est inadapté aux besoins actuels)
- Faire concourir de nouveaux exploitants plus ambitieux pour la Métropole bretonne et capables de réinvestir une part de leurs profits dans le développement du trafic passagers.
- Faire rentrer d’autres partenaires dans le CA de la SEARD telle que la Métropole de Rennes par exemple.

Hervé CAVALAN
Président de l’ADARB

sources

www.société.com
MédiaCités :
https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2019/10/22/aeroports-dauvergne-rhone-alpes-vinci-senrichit-sur-le-dos-du-contribuable/

* Extrait de l’enquête de MédiaCités : De Grenoble à Clermont-Ferrand, en passant par Chambéry et Lyon, l’exploitant (Vinci) procède de la même manière pour les quatre aéroports de la région qu’il exploite : depuis 2016, année de sa prise de contrôle de Lyon-Saint-Exupéry, Vinci récupère des dividendes deux à trois fois supérieurs au montant des bénéfices réalisés, en piochant dans les trésoreries.

Annonce de la ligne Rennes-Francfort

communiqué du 31.10.2019

Mesdames, Messieurs,

Suite à l’annonce d’une nouvelle ligne Rennes-Francfort et à l’article paru dans Ouest-France aujourd’hui,

L’ADARB, dont le rôle est d’encourager et de solliciter les exploitants pour toutes actions qui participent au développement de l’aéroport de Rennes, se réjouit de l’ouverture en 2020 de cette nouvelle ligne. Les actionnaires de la Société d’Exploitation de l’Aéroport de Rennes et l'ensemble de son personnel ont ainsi répondu aux besoins de nombreux partenaires tels le Centre d'Affaires Franco-Allemand, plusieurs chefs d’entreprise et agences de tourisme de Haute-Bretagne.

La création de cette nouvelle ligne à destination de l’un des Hubs les plus importants d’Europe, Francfort, va renforcer l’attractivité et l’économie de la capitale bretonne et participer au désenclavement de la Région Bretagne.

C’est donc un succès dont l’ADARB se félicite puisque nous souhaitons rapidement un aéroport européen à Rennes.

Mais succès qui, depuis l’abandon de NDDL, reste trop rare pour l’instant surtout face au potentiel de l’aéroport de Rennes-Bretagne.

C’est pourquoi l’ADARB suggère aux actionnaires une accélération des investissements pour l’accueil d’une compagnie aérienne basée avec deux ou trois avions sur le tarmac de Rennes. Avec une compagnie à bas-coût, par exemple comme EasyJet, ce serait immédiatement trois ou quatre nouvelles lignes européennes, des dizaines d’emplois sur place et des retombées économiques profitant à Rennes comme à la Bretagne

Or la CCI et Vinci, actionnaires de la SEARD, gèrent un aéroport rentable qui possède la capacité d’autofinancer son développement et d'accueillir dès aujourd'hui la base d'une compagnie aérienne.

L’ADARB souhaite donc que cette capacité d’investissement, soit mise au service du développement de l’aéroport de Rennes-Bretagne et d'une métropole régionale à ambition européenne.

Avec nos salutations cordiales,

Hervé CAVALAN
Président ADARB

avion de la Lufthansa